Gustave Den Duyts

(1850-1897)

Woodland scene

Circa 1880
Watercolour and ink on paper
54 x 72 cm
Signed lower right: Gustave den Duyts

Signed lower right: Gustave Den Duyts

Contact Us
Literature
- Roelandts, O. & Heins, A., Kunstschilder Gustaaf Den Duyts 1850-1897 (Gent: Ad. Herckenratrh, 1932).
- Van Doorne, V., Retrospectieve tentoonstelling Xavier De Cock, César De Cock, Gustave Den Duyts, exh. cat. (Deinze: MuDeL, 1988).
- Boyens, P. Flemish Art. Symbolism to Expressionism (Tielt/Sint-Martens-Latem: Lannoo/Art Book Company, 1992), pp. 29-32.
Exhibitions
L’autodidacte Gustave Den Duyts débute en 1874 à l’Exposition triennale de Gand, la même que celle à laquelle Emile Claus a débuté.  L’artiste voit large dès le début en participant d’emblée à des expositions internationales. En 1877, il remporte un prix au Salon de Paris. À Gand, il est membre de la Kunstgenootschap et du Cercle Artistique, et c’est là que le Musée des Beaux-Arts acquiert sa ‘Vue panoramique de la Ville de Gand’. Den Duyts connaît aussi un franc succès à Dresde en 1892, preuve qu’il a déjà acquis une certaine renommée sur le marché international de l’art. Artiste aux talents multiples, Den Duyts se situe parmi les pré-impressionnistes de Guillaume Vogels. Il partage son atelier de l’actuelle Drabstraat (Gand) avec le directeur de l’Académie des Beaux-Arts de Gand, Jean Delvin. Ses toiles sont mal reçues au Vijfde Tentoonstelling van de Vereniging der Gentsche Kunstoefenaren en raison de aspect ‘trop moderne’. Den Duyts pratique aussi bien la peinture que la gravure et le dessin. Dans ses aquarelles, il a des affinités avec ses confrères pleinairistes néerlandais.
Le paysage flamand, en particulier les paysages de la Lys, constitue sa principale source d’inspiration. Il aime travailler en plein air dans les environs de Gand, de préférence du côté de Tronchiennes (Drongen) et d’Afsnee, où de nombreux peintres se rencontrent. La plupart de ses paysages sont peints en automne ou en hiver. La mélancolie des lieux abandonnés reflète son naturel sombre et sa grande sensibilité. Il attache également beaucoup d’importance à la luminosité. Les arbres dépouillés présentés dans cette œuvre luministe, intitulée Vue sur la forêt, sont squelettiques et stylisés. Les tachetures brunes, grises, vertes et bleues se touchent et sont peu détaillées. Cet art, qui en appelle aux sens, est de nature impressionniste étant donné son luminisme et ses effets de lumière. Vue sur la forêt se situe dans le réalisme romantique, qui a ses origines dans l’école de Barbizon. Elle montre la nature à l’état pur, sans enjolivement ni drame.
You May Also Like

Woodland scene